Que dire à quelqu'un qui porte un cabas rempli de homards

Publié le par Xavier Malbreil

Oh oh! à voir votre cabas débordant de ces sympathiques bêtes à pinces, je devine que vous allez prendre un bain dans votre spa. Et comme vous êtes une personne aventureuse, vous avez décidé d'emmener avec vous les gentilles bêtes que vous convoyez avec tant de délicatesse. J'ai deviné juste? Vous allez bien jouer à pince-mi pince-moi dans votre maelström artificiel? Ce n'est pas pour laisser une délicate odeur de crustacés que vous avez ramené chez vous monsieur et madame et leurs ...combien, un, deux, trois, quatre, cinq, six rejetons! Huit homards dans un panier qui déborde, qui suinte et qui laissera un souvenir olfactif impérissable dans notre ascenseur. Pardon? Ce n'est pas pour vous baigner avec eux? Ce n'est pas pour recréer une ambiance typiquement océane dans votre spa turbulent?
Alors, vous allez tout simplement ébouillanter une grande bassine d'eau avant de les y plonger? Et vous avez seulement voulu les laisser respirer une dernière fois l'air de Paris, avant qu'ils ne glougloutent dans son eau? C'est pour cela que nous pouvons voir leurs yeux noirs dépasser de votre panier à provision? Eh bien, il faudra que nous nous fassions une raison. Pendant quelques heures, quelques jours pour les plus sensibles des fosses nasales, un fumet d'acte barbare traînera ici, qui vous accusera plus fort encore que toutes les paroles. Oui, nos voisins du huitième ont arraché à leurs varechs, à leurs rochers, à leurs amis les poissons, de gentilles petites bêtes à carapace, et le souvenir de leur crime persistera en quelques molécules flottant dans l'air qui s'agripperont avec leurs pinces sur la moquette des parois, sur le linoléum du sol, et même jusque dans le néon du plafonnier.

Publié dans Odeurs

Commenter cet article