Que dire quand la cabine est remplie à ras bord

Publié le par Xavier Malbreil

Oh, pardon, on ne m'avait pas dit que devait se tourner un film aujourd'hui dans la cabine. Je peux monter quand même? Oui? Comme c'est gentil. Je ne vais pas vous gêner, soyez-en sûrs. Je veux juste rester dans mon petit coin. Et regarder, seulement regarder. La caméra se trouve où? Elle est si bien cachée, on ne la soupçonne pas un seul instant. Vous pouvez commencer l'action, je ne vais pas me formaliser pour si peu. La pudibonderie, vous savez, ce n'est pas pour moi. Après tout, on agit de la même façon pour fabriquer des bébés, non?
Mais par contre, je ne veux pas participer. Non, non, un autre jour, je n'aurai pas dit, mais là, je ne me sens pas d'attaque. Et puis j'ai peur des croisements. Imaginez que je pourrai vous passer mes petites bêtes. Oh, elles ne sont pas bien méchantes, quelques acariens qui ont fait leur nid dans mon nombril, et que je n'ai pas à coeur de déloger. Ils s'y sentent tellement bien. Certaines personnes sont allergiques, alors autant prévenir. D'ailleurs, ce ne sont pas les acariens eux-mêmes qui sont à craindre, mais les puces minuscules qui leur sucent le sang, et qui elles, sont vraiment porteuses des germes les plus virulents. Elles pourraient rencontrer vos puces à vous, et sait-on jamais ce que de telles aventures pourraient donner! Je suis sûr qu'en sachant cela, vous n'aurez aucune envie de me convaincre.
Ah quelle belle santé il faut pour jouer dans ce type de productions! Mais... une question encore et j'arrête de vous embêter : c'est votre métier, ou bien vous êtes amateurs?

Commenter cet article